A PRÉPAUS DE LAS COURSOS DE TOROS (1).

Note en forme d'avertissement de la part de l'administrateur du site :

A lire avec modération, considérant que ce texte vieux de plus de cent dix ans (1896), fut écrit à une époque où la politique avait quelque peu troublé les esprits. Le 5 janvier 1895, le capitaine Dreyfus avait été dégradé. Les « lois scélérates » de 1893, votées pour lutter contre l'anarchie, avaient jeté le trouble dans la population et la presse française. De nombreux journaux furent interdits. Le 27 juin 1894, Le président Sadi-Carnot fut assassiné par un anarchiste italien nommé Caserio. Jean Casimir-Perier lui succédait à la Présidence de la République pour moins d'un an. Félix Faure fut élu à son tour Président de la République le 17 janvier 1895. Ce mandat fut perturbé par les prises de position des dreyfusards et antidreyfusards, par celles des pacifistes et des va-t-en guerre de tout poil, et point d’orgue de cette chienlit environnante, la crise de Fachoda fâchait l’Angleterre pour quelques années. Telle était la situation de la France, quand Fernand Cassany de Mazet (1844-1899) écrit son pamphlet antijacobin et anti France du Nord... C'était en 1896.

Pour les non-occitans, la traduction littérale suit ce texte... (Accès direct à la traduction)

Sèn pas, aici, din aquelo countrado ta douço, ta plasento, ta risento que bagno lou Lot, un puple d'aficionados. Jamai n'aben bis chès nous aus las coursos espagnolos dambe sas destripalhados de chabals, sas tarriplos blessa duros à cop de lanço, sas toumbados de toros debat l'espaso ficado din lou coupet.

Menan pas lou brau al torero mais à la baco è a la bedèlo, è se lou fasen pla soufri, beléu mai que din l'embèùdomen d'un coumbat a mort, n'es qu'al moumen d'estourri la sabo de sous clesqués. Apei, capounat, bèu pesut, lauro touto sa bito, traino lou toumbarel ; e, quand es engraissat al pun que cal, lou bendèn al bouchè que l'atuco a grand cop de martel. Nou sèn dounc pas mai salbagés que lous de Paris é del Nord, aques piétadous francimands que fan se massacra dus gals l'espérou armat d'uno lamo de coutel ; que fan gafa, escana un troupel de rats din uno gabio barrado oun de cagnots ratiès s'agusoun las dénts en derregan la pel en espelhoundran las tripos d'aqués prisouniès sans defenso ; mêmo s'anan a la casso, ço qu'es coumo uno guerro declarado, counessèn pas aquel plasé traïté de fusilha de paurés pijouns escapats d'uno caïsso oun se malfisaboun pas del cassaïre.

É saquelai, quand abèn bis din las gazetos, qu'aquel moussu Dupui, ménistré de la Républico defendio las coursos espagnolos é mêmo las coursos lanusquetos a nostres fraïres de Prouvenço, de Lenguedoc, de Gascougno, a nostres bésis de Dax, de Baiouno, de Mount-de-Marsan s'es lebat un furious tollo-tollo ; tout lou mounde s'es damandat ispromén : « Què nous bol aquel ommé, aquel rigènt ? Perqué se mailo dé ço que lou regaito pas ? Anan pas gula, nous-aus, countro lous massacrés de gals, lou Ratier-Club de Roubais, lous tirs as pijouns de la Picardio, de la Flandro, del bos de Boulougno ; countro las coursos a banquetos irlandesos ount de chabals de cènt milo escuts se coupoun las cambos, ount des jockeys qué sembloun de singés a coustat des brabés e cranés matadorés, se torsoun la barro del col. Ebé, alor daissa-nous tranquillés. »

Mais lous del Nord nous boloun pas daissa tranquillés. I a maï de cènt ans que cercoun a nous arraba, a nous alassa, a nous atuca, a nous tana, é n'abèn prou d'aquelos francimandaios.

Benlèu, se paran l'esquino, aqués emplouiats pudènts ban decreta que tous lous de Franço se dibran besti à la modo de la Bello-Jardiniero, què las maïnados d’Arlé, las drolos del païs Basco, las de Bourdèus, d'Agén, de Bilonèbo, de Dax nou dibran plus se coufa del poulit bounet de Prouvenço, del foulard faribol de Gascougno, mais d'aqués capèls de falsos damos que lous marchands parisèncs des passatges del Cairo é del Salmou bendoun a las moudistos de campagno quand las americanos de Nicaragua n'en boloun plus.

Cadra, tabé, pensi, embarra din lou gabinet lou tambourin, lou pifré, la chabreto, lou biniou, lou graïlé é bufa soulomen din lou cournet a pistoun, de l'armado del Salut e des bals de barris.

Sé pot bé que damandaran enquero de desturra las Aup, las Cébénos, las Pireneus, las Aubergnos parce qué lous de delaï la Loiro n'an pas de mountagnos et que lous del Nord n'an qu'uno plano raso coumo uno padèlo.

É la mar qu'es trop bluio a Marselho é trop berdo a Biarrits, pari que cadra metre un tamis lou loung de la ribo per espragna la bisto des bagnaïres abituats de la Mancho e de la mar del Nord d'ount l'aigo es coulou de cendres é de lessïéu ço qu'és pla mai distinguat zou cal coufessa.

É lou soulel ? cresès-pas que i cadra baissa la mèco, l'escanti tan qué se poudra, parce qué de Nantos a Dunkerco n'es pas afrountat coumo aici, é se sarro debat un mouscal de brumo.

Tabé, quand me soubèni qu'aquel moussu Dupui es éfan de l'Aubergno, cinto mountagnouso del Metjour, me podi pas reteni de l'apela traïté.

N'es pas lou prumiè bengut aquel ménistre, s'en cal pla ; malurousomén es sourtit de la classa bastardo que la mairastro Unibersitat s'alasso pas de fabrica, adujado de touto l'armado des curats laïcos, lous rigènts fourçats de serbi, l'esquino plègado, lou grand counsel unibersitari ount i a tan d'igounauds que boudrion la Franço ta lèdo, ta tristo, ta fredo que la paret d'un templé proutestant.

Bous jogui qu'aquel moussu Dupui sap pas mêmo parla aubergnat é que n'aimo pas la soupo de caulés.

És lous filh d'un uissié de préfeturo, d'un emplouiat d'aménistracioun : n'es pas un pecat sabès ; es la probo de sa balentiso é de soun intelligenço, ço que bai pla ; mais sabès tabé que l'aménistracioun gaito de trabèrs lous droles qu'aimoun las coustumos é que parloun la lengo de lour païs. A l'escolo zou défénd é n'ei rés a diré, mais din la cour. deforo din la carrero zou délénd enquerro.

Lous nigaudas que rebassoun de fa dintra lours efans l'aménistracioun parloun as maitnagés un sabir que cresoun estre lou francés é pensoun que digun prendra aques pecaïrés per d'efans d'oubriés, d'artisans mais per de moussurets pla coumo cal.

Imbecillas ! bostres efans soun que de mulastrés, emboufits d'estre mitat blancs, amalits d'estre mitat négré. Tabé, quand i soun din l'aménistracioun, fan lous gros, fan la rodo, soun insoulènts é cercoun a s’acouta al mai fort per abali lou mai féplé.

Lou Nord, dunpei cent ans, es lou mai fort ; aquelo tristo bertat se pot mesura as cops de fouet que nous talhadoun las espanlos en formo d'ourdounanços, de decrèts, d’arrestats.

L'arrestat de moussu Dupui countro las coursos de toros és un d'aques cops de fouet. Soulomen, sé nous a cinglats, nous a embourrelats tabé, é lou Metjour s'es lebat coumo un soul ommé per i crida : « S'es trop bestio, a la fi, dambé bostro pietat per las bestios ! »

Oh ! sabi bé que per nous daura la pilulo parlo de la lèi Grammond ; mais que dis aquelo lèi ? « qu'il ne faut pas, sans utilité, brutaliser les animaux domestiques sur la voie publique. »

É las arenos soun « une voie publique ? » é lou toro de coumbat es « un animal domestique ? » Que i angue dounc, moussu Dupui i gratussa la carabato din lou circlé. É lou chabal qu'es encournat soufririo pas mai, digazou, se lou menaboun se fa juca lentomen la bito pet las sansugos ? Tout aco soun de maïssantos rasous.

La bertat es que Paris é lou Nord nou boloun pas nous daïssa diberti a nostro modo, e prene notre plasé oun prenoun pas lou lour. Legitsès las gazetos de Paris n'aures la probo.

Lou journal Le Temps es de l'abis del ménistré. Es brai que s'un autre menistre tournabo douna la permessioun l'aproubario tabé ; mais lou cal pas mena brutalomén car aquel journal passa per un animal doumestic.

Din lou Figaro, un noum espagnol cependènt, i abio moussu Magnard, un parisenc nascut en Belgico, que cercabo la meiano de las idèios meianos que se permenoun de la gleiso de la Madaleno a la carrera Mountmartre ; coumto qué per lous foulégés é lous faribols del balavard.

I a, tabé, madamo Severino, uno plouraïro coumunardo que met a plangé lou toro de coumbat coumo s’ero un éfan de dinamitard. Mais boli i dire ré que i fasque de peno podi pas beirè ploura uno fenno.

Al Journal des Débats lous proufessours, lous igounauds, troboun que las coursos espagnolos soun pas prou academicos per un pais que dibrio estre encrumit de l'oumbro de l'Escolo Nourmalo. Aqui « Tra los montès » es lou libré d’un patari, é Mirèio la cansou d'un païsan.

Ébé nous és egal ; abèn dambé nous-aus, countro aqués journalistos parisencs e unibersitaris, tous lous francés de la lengo d'oc qué, de Bourdèus a Lioun, de Baiouno a Niço an l'amo metjourenco é la boloun pas cambia ; boulèn pas perdre nostre parla nostros modos nostros pensados latinos ; boulèn pas coumo disio nostre grand Mistral, fa serbi las arenos roumanos de Nime as coumbats de gals é al tir as pijouns. Nous mancario plus après, que de muda lou Ratier-Club de Roubais din las arenos d’Arle.

Aco praco que, de Bilenebo tabé, cal crida : « Deforo lous rebugaïrés, deforo lous mesuraïres, deforo lous decretaïres ! Daissa-nous libromén nous diberti coumo nous pla n'anan pas fa de brut din bostre oustal, n'en benguès pas fa din lou nostre ; é se boulès, per tout resuma, que bou zou digui en francés : « F... ichez-nous la paix ! »

Notes de l’administrateur du site :

A la fin du 19e siècle ainsi que dans les premières années du 20e siècle, les organisateurs de spectacles taurins essayèrent d’implanter la corrida dans des zones qui nous sembleraient inimaginables aujourd’hui : l’ouest, le centre et le nord de la France. Quelques exemples de villes où la corrida poussa un peu sa corne... La liste en est alphabétique et non exhaustive.

- Autun (juin 1911 et juillet 1913) ;
- Cholet ;
- Deuil-la-Barre (8 octobre 1899 et 4 juin 1900) ;
- Le Havre (1868) ;
- Limoges (juillet 1899) ;
- Lyon (17 et 24 juillet 1898 avec Carrita et Murella Chico) ;
- Maisons-Laffitte (printemps 1895, corrida privée organisée par l’industriel Lebaudy) ;
- Malo-les-Bains (9 août 1903 avec Carrita) ;
- Namur, Belgique (1910) ;
- Nantes (les arènes de Longchamps, juillet 1906 avec Noble, Murciano et Loreto) ;
- Paris (les arènes de l’hippodrome, place Clichy en 1865 et 1884) ;
- Paris (les Arènes Parisiennes, 1889) ;
- Paris (la Gran Plaza de Toros, 1889) ;
- Paris (la Plaza de Toros de l’Exposition, 1889) ;
- Paris (la Gran Plaza de Toros du Bois de Boulogne, rue Pergolèse de 1889 à 1892) ;
- Rochefort-sur-Mer (août 1897) ;
- Reims (juin 1906) ;
- Roubaix (Torodrome, une dizaine de corridas organisées entre 1899-1906) ;
- Vichy (à partir du 30 juillet 1899), etc.

Seule l’aficion de Vichy résista jusqu’au début des années 1990.

 

Les arènes de Luçon
Nantes - Les arènes de Longchamps
Les arènes de Vichy
Les arènes de Luçon.
Les arènes de Marseille.
Les arènes de Nantes.
Les arènes de Vichy.
Royan - Les arènes de Vallières
Les arènes de Namur (Stade des Jeux)
Les arènes de Roubaix
Les arènes de Royan.
Les arènes de Reims.
Les arènes de Namur.
Les arènes de Roubaix.

 

 

À PROPOS DES COURSES DE TAUREAUX.

Retour au texte occitan.

Nous ne sommes pas, ici, dans cette contrée si douce, si agréable, si riante que baigne le Lot, un peuple d'aficionado. Jamais nous n'avons vu chez nous les courses espagnoles avec ses étripements de chevaux, ses terribles blessures à coups de lance, ses écroulements de taureaux, sous l'épée fichée dans la nuque.

Nous ne conduisons pas le taureau au torero mais à la vache et à la génisse, et si nous le faisons beaucoup souffrir, peut-être plus que dans l'enivrement d'un combat à mort, ce n'est qu'au moment de tordre la sève de ses noyaux. Après, châtré, bœuf lourd, il laboure toute sa vie, trame le tombereau, et, quand il est engraissé au point qu'il faut, nous le vendons au boucher qui l'assomme à grands coups de marteau.

Nous ne sommes donc pas plus sauvages que les gens de Paris et du Nord, ces sensibles gens de langue française, qui font se massacrer deux coqs l'éperon armé d'une lame de canif ; qui font mordre, étrangler un troupeau de rats dans une cage fermée ou des chiens ratiers s'aiguisent les dents en arrachant la peau, en éparpillant les tripes de ces prisonniers sans défense ; même si nous allons à la chasse, ce qui est comme une guerre déclarée, nous ne connaissons pas ce plaisir de traître de fusiller de pauvres pigeons échappés d’une boite où ils ne se méfiaient pas du chasseur.

Et, cependant, quand nous avons vu dans les journaux que ce monsieur Dupuy, ministre de la République, interdisait les courses espagnoles et même les courses landaises à nos frères de Provence, de Languedoc, de Gascogne ; à nos voisins de Dax, de Bayonne, de Mont-de-Marsan il s'est élevé une furieuse clameur ; finit le monde s'est demandé avec irritation : « Que nous veut cet homme, ce maître d'école ? Pourquoi se mêle-t-il pas de ce qui ne le regarde pas ? Nous n'allons pas crier, nous autres, contre les combats de coqs, le Ratier-Club de Roubaix, les tirs aux pigerons de la Picardie, de la Flandre, du bois de Boulogne ; contre les courses à banquette irlandaise ou des chevaux de cent mille écus se brisent les jambes ; où des jockeys, qui ressemblent à des singes, à côté des braves et crânes matadors, se tordent la barre du cou. Eh ! bien, alors, laissez-nous tranquilles.

Mais, les gens du Nord ne veulent pas nous laisser tranquilles. Il y a plus de cent ans qu'ils cherchent à nous ennuyer, à nous lasser, à nous assommer, à nous tanner la peau et nous en avons assez de ces monomanies de francisants.

Bientôt, si nous prêtons le dos, ces fonctionnaires impudents vont décréter que tous les gens de France devront se faire habiller à la mode de la Belle-Jardinière, que les jeunes filles d'Arles, les fillettes du pays basque, celles de Bordeaux, d'Agen, de Villeneuve, de Dax, ne devront plus se coiffer du joli bonnet de Provence, du foulard évaporé de Gascogne, mais de ces chapeaux de fausses dames que les marchands parisiens des passages du Caire et du Saumon vendent aux modistes de la campagne quand les américaines du Nicaragua n'en veulent plus.

Il faudra, aussi, je pense, enfermer dans l'armoire le tambourin, le fifre, la cornemuse, le biniou, le hautbois de montagne et souiller uniquement dans le cornet à piston de l’armée du Salut et des bals de carrière.

Il se peut bien qu’ils demandent encore d'aplanir les Alpes, les Cévennes, les Pyrénées, les monts d'Auvergne, parce que ceux d'au-delà la Loire n'ont pas de montagnes et que ceux du nord n'ont qu'une plaine rase comme une poile à frire.

Et la mer qui est trop bleue à Marseille et trop verte à Biarritz, je parie qu'il faudra y mettre un store le long du rivage pour ne pas fatiguer la vue des baigneurs, habitués de la Manche et de la rater du Nord dont l'eau est couleur cendres et de lessive, ce qui est bien plus distingué, il faut l'avouer.

Et le soleil ? Ne croyez-vous pas qu'il faudra en baisser la mèche, l'éteindre autant que possible, parce que de Nantes à Dunkerque, il n'est pas effronté comme ici et se cache derrière une voilette de brume.

Aussi, quand je me souviens que ce monsieur Dupuy est un entant de l'Auvergne, ceinture montagneuse du Midi, je ne peux pas m'empêcher de l'appeler traître.

Il n'est pas le premier venu, ce ministre, il s'en faut de beaucoup. Malheureusement, il est issu de la classe bâtarde que la marâtre université ne se lasse pas de fabriquer, aidée de toute l'armée des curés laïques, les maîtres d'école, obligés de servir, le dos plié, le grand conseil universitaire où il y a tant de huguenots qui voudraient une France aussi laide, aussi triste, aussi froide que les murs d'un temple protestant.

Je vous parie que ce monsieur Dupuy ne sait pas même parler auvergnat et qu'il n'aime pas la soupe aux choux.

C'est le fils d'un huissier de préfecture, d'un employé d'administration ; ce n'est pas un péché, vous savez : c'est la preuve de sa vaillance et de son intelligence, ce qui est parfait ; mais vous savez aussi que l'administration regarde de travers les enfants qui aiment les coutumes et qui parlent la langue de leur contrée. A l'école, elle le défend et je n'ai rien à dire, mais dans la cour, dehors, dans la rue, elle le défend encore.

Les niais qui rêvent de faire entrer leurs enfants dans l'administration parlent aux enfants un sabir qu'ils croient être du français, et pensent que personne ne prendra ces pauvrets pour des fils d'ouvriers, d'artisans, mais pour des petits messieurs très comme il faut.

Triples imbéciles, vos enfants ne sont que des mulâtres bouffis de la vanité d'être à moitié blancs et aigris d'être à moitié nègres. Aussi, quand ils y sont, dans l'administration, ils se gonflent, font la roue, sont insolents et cherchent à s'appuyer sur le plus fort, pour anéantir le plus faible.

Le Nord, depuis cent ans est le plus fort ; cette triste vérité peut se mesurer aux coups de fouet qui nous sillonnent les épaules, sous forme d'ordonnances, de décrets, d'arrêtés.

L'arrêté de monsieur Dupuy contre les courses de taureaux est un de ces coups de fouet. Seulement s'il nous a cinglés, il nous a mis une méchante humeur aussi, et le midi s'est levé comme un seul homme pour lui crier :

« Vous êtes trop bête, à la fin, avec votre pitié pour les bêtes ! »

Oh ! je sais bien que pour nous dorer la pilule il parle de la loi Grammond ; mais que dit cette loi ? « qu'il ne faut pas, sans utilité, brutaliser les animaux domestiques sur la voie publique. »

Et les arènes sont une voie publique ? et le taureau de combat est un animal domestique ? Qu'il y aille donc, monsieur Dupuy, lui chatouiller le jabot, dans le cirque.

Et le cheval qui est encorné ne souffrirait-il pas davantage, dites-le, si on le conduisait se faire sucer lentement la vie par les sangsues ? Tout ça sont de mauvaises raisons.

La vérité c'est que Paris et le Nord ne veulent pas nous permettre de nous divertir à notre façon et de prendre notre plaisir là où ils ne prennent pas le leur. Lisez les journaux de Paris, vous en aurez la preuve.

Le journal Le Temple, est de l'avis du ministre. Il est vrai que si un autre ministre donnait de nouveau la permission il l'approuverait de même, mais il ne faut pas le brutaliser, car ce journal passe pour un animal domestique.

Dans, le Figaro un nom espagnol cependant, il y avait M. Magnard, un parisien né en Belgique, qui cherchait la moyenne des idées moyennes qui se promènent de l'église de la Madeleine à la rue Montmartre. Il ne compte que pour les snobs et les cervelles à l'évent du boulevard.

Il y a aussi madame Séverine, une larmoyante commu­narde qui se met a plaindre le taureau de combat comme s'il était un entant de dynamitard. Mais je ne veux rien lui dire qui lui fasse de la peine je ne peux pas voir pleurer une femme.

Au Journal des Débats, les professeurs, les huguenots, trouvent que les courses espagnoles ne sont pas assez académiques pour un pays qui devrait être tout assombri de l'ombre de l'école normale. Là, Tra los montés est le livre d'un bohème et Mireille la chanson d'un paysan.

Eh ! bien ! cela nous est égal ; nous avons avec nous contre ces journalistes parisiens et universitaires tous les français de la langue d'Oc, qui de Bordeaux à Lyon, de Bayonne à Nice, ont l'âme méridionale et n'en veulent pas changer. Nous ne voulons pas perdre notre parler, nos coutumes, nos pensées latines ; nous ne voulons pas, comme disait notre grand Mistral, faire servir les arènes romaines de Nîmes aux combats de coqs et au tir aux pigeons. Il ne nous manquerait plus, après cela que de déménager le Ratier-Club de Roubaix dans les arènes d'Arles.

C’est pourquoi, de Villeneuve aussi, il faut crier : « Dehors les émondeurs, dehors les mesureurs, dehors les fabricants de décrets ! Laissez-nous librement nous divertir comme il nous plaît. Nous n'allons pas faire de tapage dans votre maison, ne venez pas en faire dans la nôtre ; Et si vous voulez, pour me résumer, que je vous le dise en français : « F...ichez-nous la paix ! 


_______________

(1) CASSANY de MAZET (Pierre-Jean-Marie-Auguste-Fernand), avocat, historien et publiciste était né à Villeneuve-sur-Lot le 2 décembre 1844.
Vice-président de la Conférence Molé-Tocqueville, conseiller municipal et adjoint au maire de Villeneuve-sur-Lot, il publia :
- La séparation de l’Église et de l’État. - Paris, Pichon Lamy, 1870, in-8° de 20 pp.
- Études sur la Pologne. - Coutances, impr. Salette Fils, 1874, in-8° de 150 pp.
- Histoire de Villeneuve-sur-Lot, depuis sa fondation jusqu’à la réunion des États Généraux de 1789. - Villeneuve-sur-Lot, Ed. Chabrié, 1879, in-8° de 200 pp.
C’est une édition remaniée et complétée de l’ouvrage publié en 1837 par le grand-père de l’auteur (Cassany de Mazet Marc-Antoine-Auguste, né à Villeneuve-sur-Lot le 2 juillet 1771, fils de Jean, lieutenant de la grande louveterie du Roi, et de Mlle Viremondy, avocat et juge suppléant à Villeneuve-sur-Lot).
Selon Jules Andrieu, « Fernand Cassany de Mazet a fourni aux Annuaires de la Conférence Molé-Tocqueville plusieurs rapports ou discours qui doivent être mentionnés :
- Discours sur l’Organisation judiciaire, sur l’Instruction gratuite et obligatoire (Annuaire de 1687 : Coutances, in-8°).
- Rapport sur la Chambre haute (Annuaire de 1869 : Paris, in-8°).
- Discussion sur le Sénat (Ann. de 1870).
- Discussion sur la politique intérieure (Ibid.).
- Discours sur la Séparation de l’Église et de l’État (Ann. de 1872).
- À la guerre comme à la guerre. Nouvelle publiée dans le numéro du 3 février 1869 du Journal de Paris ».
Andrieu poursuit : « Sous le pseudonyme de Pierre-François V. de Lodignol, il a donné deux articles sur la réforme de la magistrature dans le Progrès de Villeneuve des 18 et 22 août 1872.
En août 1882, un discours prononcé par M. Fernand Cassany de Mazet à la distribution des prix du Collège de Villeneuve fut imprimé dans le Progrès et dans l’Avenir de cette ville. Ce discours donna lieu dans le Journal de Lot-et-Garonne, à une accusation de plagiat, à laquelle l’auteur répondit. »
Le texte présenté sur cette page est extrait de Le long du Lot, Contes du « Calel », avec la traduction littérale en français, Villeneuve-sur-Lot, Imprimerie Victor Delbergé, 4 boulevard Bernard Palissy, 1896.

Sources : Collection personnelle et dans la Bibliographie générale de l’Agenais et des parties du Condomois et du Bazadais incorporées dans le département de Lot-et-Garonne de Jules Andrieu, tome premier, Paris, Alphonse Picard, 82 rue Bonaparte, Agen, J. Michel & Médan, 16 rue Pont-de-Garonne, 1886.



 

Retour haut de page

Retour accueil